Vous avez une trop vieille version de flash pour visualiser le logo de cette page. Pensez à la mettre à jour !
Nombre de visites uniques depuis janvier 2010 :
PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Vendredi, 20 Mars 2009 07:35

La filtration

Comme pour le sol, on se contentera du moins cher à condition de respecter quelques conditions de manière à ne pas nuire à la croissance des plantes. Il faut donc limiter le dégazage de CO2, assurer une bonne dégradation des déchets jusqu'au stade nitrates qui seront absorbés par les plantes, et bien sur nécessiter un minimum d'entretien. Pour celà j'emploie deux types de filtres : les filtres extérieurs à paniers et les filtres à décantation.

I. Les filtres extérieurs

Ils ont le grand avantage d'être quasiment invisibles et de ne pas prendre de place dans l'aquarium. A part la crépine d'aspiration et le rejet, rien n'est visible dans le bac, on dispose de toute la place pour la plantation.
Il faut choisir les modèles à paniers qui permettent de disposer successivement différents types de mousse assurant une bonne filtration mécanique et biologique.

Ils ont toute fois un inconvénient majeur : ils fonctionnent sous pression, c'est à dire que même s'ils sont encrassés ils continuent de fonctionner presque "incognito" alors que leur efficacité biologique est fortement réduite.

Par ailleur à moins de faire une affaire, ils sont très onéreux. Sans parler des quelques pompes très fastidieuses à amorcer...

II. Les filtres par décantation

Ce sont mes préférés car ils cumulent les avantages, et ont pour seul inconvénient, s'ils sont bien conçu, de prendre un peu de place dans l'aquarium.

Tout d'abord ils offrent un bon volume de masses filtrantes et bien souvent une grande surface d'absorption, limitant fortement l'encrassage et donc l'entretien. Si les différents compartiments sont bien disposé la sédimentation de vase et le chauffage doivent être dans le premier compartiment : facilité de nettoyage et aucun risque pour le chauffage, le niveau de l'eau ne variera pas selon la propreté des mousses. Dans le dernier compartiment on ne met que a pompe, une petite pompe fontaine peu couteuse et prévue pour ne pas surchauffer en cas de manque d'eau.

Ces systèmes des filtration demandent donc peu d'entretien et ne fonctionnent plus si les masses filtrantes sont bouchées : la pompe du dernier compartiment manque d'eau et pompe de l'air, signe qu'il faut nettoyer. Par ailleurs le niveau d'encrassement est mesurable en permanence par le niveau d'eau du dernier compartiment.

La seule "tare" de ce type de filtre est donc son encombrement dans le bac, mais pour les bricoleurs on peut sans souci faire une décante externe, ce qui libère toute la place dans le bac, c'est vraiment le filtre idéal (voir sur mon bac nano).


Ces deux systèmes assurent donc une bonne filtration du bac sans grand entretien ni dégazage du CO2 (régulation des échanges gazeux en dirigeant le rejet du filtre).

Commentaires :
Commentaires
Ajouter un nouveau


Ajouter un commentaire :
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:):grin;)8):p:roll:eek:upset:zzz:sigh:?:cry:(:x
Commentaire :
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Mise à jour le Mardi, 19 Février 2013 09:49